Francuski – Teksty cz.1

Cette histoire s

niebieski – nowe słówka, zielony – zwroty, czerwony – gramatyka, podkreślenie – coś ważnego – np. końcówka odmiany

 

LA PRÉSENTATION.

Cette histoire s’est passée <p.c-zdarzyła.się> une nuit de décembre, <grudniowej.nocy> juste après que le crépuscule <zmierzch> est tombé. Mon grand-père a verrouillé <verrouiller-zamknąc.na.zasuwkę> la porte d’entrée, et a ajouté du bois <drewna-rzecz.niepoliczalnty> dans la cheminée. <do.kominka> Dehors,le vent hurlait, <hurler-wyć> on pouvait <imp-można.było> entendre les bruits <hałas,szum>  de la tempête sur la mer.

[sc_embed_player volume=”50″ fileurl=”https://jezykomania.com/wp-content/uploads/2019/09/presentation_0001-2.mp3″]

Soudain, quelqu’un a frappé à la porte. <zapukł.do.drzwi> Puis, encore deux fois. Grand-père nous a dit de ne pas bouger. Lui il s’est mis <wziął.się.do> à déverrouiller <otwierania> la porte. Avec lui dans la cuisine est entré <p.c-wszedł> un grand homme barbu, <brodaty> de presque deux mètres de hauteur. <wysokości> Il portait un long manteau <płaszcz> noir, alors tout mouillé. <mouiller-moczyć> Il avait des longs cheveux noirs, et une cicatrice <bliznę> au-dessus <au-dessus,au-dessous≠powyżej,poniżej> de l’œil gauche, lui donnait un air effrayant. <wygląd.przerażający> Il s’est assis <p.comp-usiadł> sur une chaise, <na.krześle> et s’est mis à <se.mettre.a-wziąć.się.do> nous raconter son histoire.

[sc_embed_player volume=”50″ fileurl=”https://jezykomania.com/wp-content/uploads/2019/09/presentation_0002.mp3″]

Il s’appelait <imp> Lev Paskov, il était marin <marynarz> de nationalité russe. Il était marié et avait deux enfants. Il était âgé de <był.w.wieku> quarante six ans. Il travaillait comme professeur à l’Université. Son travail était sa passion, malheureusement aussi la cause de ses futurs problèmes. Après que la révolution a éclaté <eclater-wybuchać> en Russie, il a été forcé <str.bierna-został.zmuszony> de s’échapper <s’échapper-uciekać> du pays.

 

Depuis, <od.tego.czas> il devait <imp> se cacher, <ukrywać.się> changer plusieurs fois son nom, prénom, l’adresse, et le métier. <zawód> Jusqu’à ce moment , <do.tej.pory> il avait fait plusieurs métiers. Il avait été <p.comp> bûcheron, <drwal> et forgeron, <kowal> puis pêcheur, <rybak> et enfin marin. Grâce à son accent, il se faisait passer <se.faire.passer-udawać.podawać.się> pour un Polonais, un Slovaque, ou même pour un Allemand. Malheureusement, tôt ou tard, <wcześniej.czy.później> quelqu’un découvrait <imp-odkrywał> sa vraie origine. <pochodzenie> Pour lui, c’était le début du voyage suivant. <następny>
 


LA DESCRIPTION.

Il n’y a aucun doute, que chaque époque a son propre idéal de beauté, aussi bien <zarówno> pour les femmes, que pour les hommes. La société contemporaine <współczesne> privilégie <privilégier-uprzywilejować> les beaux et les jeunes sans égard pour <bez.względu.na> le sexe, en oubliant <gerondif-zapominająć> souvent ceux d’âge moyen ou pas si beaux.

 

Et ainsi, <i.tak> la femme contemporaine idéale, est une blonde aux longs cheveux bouclés, aux yeux bleus et à la peau délicate. Elle a le visage agréable avec des traits <le.trait-rysa> réguliers, de longues jambes, elle est grande et mince. Quant aux hommes, ils devraient <cond.present> être plutôt robustes <silny.krzepki> avec des cheveux en brosse, <na.jeża> des yeux verts ou bruns, et le visage légèrement bronzé. Idéalement, ils seraient aussi grands et bien bâtis. <bâtir.bâti-budować.zbudowany> Si ce n’est pas votre cas, <le.cas-wypadek.przypadek> rien n’est perdu. <nic.straconego>

 

Heureusement, les idéaux de beauté changent assez vite. Il y a quelques décennies, <la.décennie-dziesięcilecie> la femme corpulente <tęga> aux hanches <la.hanche-biodro> larges et de taille moyenne était trouvée <str.bierna-była.uważana> la plus belle. Quant <co.do> aux hommes, les préférences en ce qui concerne <jeśli.chodzi.o> la silhouette masculine n’ont pas changé de manière significative. Il doit être grand et bien bâti.

 

On peut cependant noter <notować.odnotować> quelques traits caractéristiques qui faisaient <subj> les hommes des décennies passés beaux. On peut citer <wyróżnić> notamment <szczególnie> la barbe, et la moustache – les attributs de l’homme du Moyen Âge jusqu’à l’époque de la Renaissance, quand les femmes ont commencé à perdre la tête pour les hommes délicats, aux cheveux longs et au visage enfantin.
 


 

LE CARACTÈRE.
L’école traditionnelle consacrait <consacrer-poświęcać> une place importante au développement <rozwój> des traits de caractère, qui dans l’avenir devaient faire des jeunes garçons, des hommes braves, ambitieux et responsables, et des filles.– des femmes délicates, modestes <skromne> et polies. <uprzejme>

La discipline, et la rigueur <surowość,rygor> des anciennes écoles, étaient la règle supérieure,qui associé <łączyć> à un travail dur, enracinaient <zakorzenia.utrwala> dans les garçons la conviction <przekonanie> de la nécessité de faire des sacrifices,au bénéfice <na korzyść> de profits futures. Cette éducation visait à <zmierzająca.do> donner à la société les futurs membres de la vie sociale, se souciant de <troszczących.się.o> la patrie, intelligents et courageux.

 

Quant à <jeśli.chodzi.o> l’éducation des filles, elle était assujettie au <str.bierna-była.podległa.podlegała> rôle futur de la jeune demoiselle, <panien> qui était souvent,la gestion <zarządzanie> de la maison, et la surveillance de la famille. En dehors <oprócz> de la modestie, et de la politesse, les traits <cechy> de caractère, qui étaient mis en valeur <cenione> étaient aussi la bonté, <dobroć> la générosité <hojność,szlachetność> mais aussi une certaine stupeur, <odrętwienie> et la force indispensables pour faire face,aux <stawiać.czoła> difficultés du quotidien.

 

La femme idéale était à la fois,<jednocześnie> une artiste douée, <zdolna> une comptable <księgowa> scrupuleuse, <skrupulatna> et une maîtresse <kochanka> séduisante. <uwodzicielska, kusząca> Dans les deux cas, l’éducation visait <ma.na.celu> à réduire les traits négatifs: l’égoïsme, l’insolence, <bezczelność> la paresse, <lenistwo> et la négligence. <niedbałość,lekceważenie> Des règles rigides, <sztywne> et des punitions sévères, <ciężkie> pour ceux qui quand même <jednak> ne respectaient <imp> pas le règlement, étaient les deux meilleurs <najlepszymi> garants <gwarantami> du succès éducatif.

 


 

LES SENTIMENTS. <uczucia>

L’amour,est un des plus beaux <najpiękniejszym> sentiments, qu’on peut éprouver. <wypróbować.doświadczać> Un coup de foudre, <miłość.od.pierwszego.wejrzenia> fait perdre la tête aux gens, <sprawia,że.ludzie.tracą.głowę> l’un pour l’autre,et se sentir de nouveau jeunes. Meme les gens d’un certain âge, s’embrassent tendrement dans la rue. Se tiennent les mains, en se regardant dans les yeux.

 

Etre amoureux, fait <konst.sprawcza-powoduje> renaître <odradzać> des sentiments positifs: la joi, le plaisir, le ravissement, <zachwyt> et la tendresse. <czułość> Après quelques premiers mois d’euphorie, cest la période de stabilité qui suit. Le sentiment permanent,d’avoir les papillons dans le ventre, <brzuch> cède sa place <ustępują.miejsca> aux sentiments comme: <takim.jak> le calme, <spokój> la confiance, <zaufanie> et le bonheur. <szczęście> Mais c’est aussi le temps, pour prendre les décisions.
 

Parfois, la personne dont on est tombé amoureux, <w.której.się.zakochało> se montre <wydaje.się> une autre,qu’au début. <niż.na.początku> Les déclarations d’amour, et les plans pour une vie ensemble,perdent leur valeur. Les deux côtés,<strony> ont leurs soucis, <kłopoty>  et leurs soupçons, <podejrzenia> mais souvent,ils n’en parlent pas. Si la situation est déjà trop compliquée pour continuer la relation, la meilleure solution semble,<wydaje.się> de finir la relation, de partager les biens <dobra.rzeczy> communs, et d’aller chacun dans sa direction.

 

Malheureusement,se quitter de cette manière en admettant <przyjmując> la fin de l’amour, est très difficile, et souvent impossible. Les sentiments négatifs: la déception, <zawód,rozczarowanie> l’inquiétude, <niepokój> la peur, et la colère, <złość> prennent la place. Avant même de sen apercevoir, <zanim.się.zoriętujecie> les bons moments sont oubliés et rayés. <przekreślone>
 


 

LES RELATIONS. <związki>

Vicky : Ma dernière relation, c’était le pur enfer. <prawdziwe.piekło> Le gars <chłopak.facet> était quelques bonnes années plus âgé <starszy> que moi, et franchement dire, <szczerze.mówiąć> il me fascinait, et m’effrayait au même temps. Ça se commençait,quand j’étais au lycée.

Lui, il faisait ses études en philosophie. Il était très intelligent, et vraiment sage, mais au même temps il ne savait pas vivre en relation. Je peux dire que j’étais beaucoup plus mature <stopniowanie-bardziej.dojrzała> émotionnellement que lui. Il lui arrivait <zdarzyło.się.wypadło> de partir en voyage, sans me dire un seul mot, il était toujours sans sou. <bez.pieniędzy> Mes parents, ils le <go>  détestaient, disaient qu’il était trop vieux,et pas responsable. Ce sont eux qui m’ont forcé à <zmusili.do> finir cette relation, quand j’avais mon bac à passer. Maintenant, je leur <im> remercie pour cela.

 

Claudia: Des gars qui se conduisent <prowadzą.zachowują.się> comme des gosses, <chłopcy> je les <ich> connais bien moi aussi. Parfois j’avais l’impression que de vrais hommes: charmants, responsables,et marrants,<zabawny.śmieszny> n’existaient plus. Partout où j’allais, je ne voyais que de jolis gosses, genre « c’est moi le plus beau ». Il m’a pris certain temps <zabrało.mi.trochę.czasu> pour comprendre que peut être je cherchais dans de mauvaises endroits,<miejsca> les discos, et bars populaires. Résignée, je me suis alors <więc> inscrite au cours du yoga et voilà, je vois mon instructeur, un mec <facet> de mes rêves, <sny> mon prince charmant, intelligent, amusant et sensible. <czuły> On est ensemble déjà quatre mois, et tout est parfait, comme dans mes rêves.

 

Angela: T’as de la chance. <masz.szczęście> Mais t’as aussi raison, moi non plus il ne m’a jamais arrivé de rencontrer quelqu’un qui cherche la relation durable, <trwały> qui veut s’engager dans un club. Heureusement, je n’étais pas obligée à chercher, car il y a déjà dix ans,que je suis mariée. Mon mari et moi, c’était un vrai coup de foudre qui nous a réunis. On s’est marié à l’âge de dix neuf ans, contre les opinions de nos parents. Ils nous tous croyaient trop jeunes pour le mariage. Nous en <tacy> étions, c’est sur, mais on ne voulait pas attendre. Maintenant, à trente ans je suis maman de deux jolies filles, et au même temps je me sens toujours jeune, quand je vais dans une boîte avec mes copines.

 

Ophélie: T’étais vraiment courageuse à te marier si jeune. Moi je me suis mariée récemment, avec un mon vieux ami. Ça n’était pas l’amour fou, l’amour qui te dévore, <dévorer-pożerać.pochłaniać> plutôt un choix raisonnable. <rozsądny> On se connaît depuis des années, et lui, il était toujours quelqu’un de très proche, <ktoś.bliski> toujours à mon côté. Bien sûr moi, je préférais attendre à mon prince charmant. Le temps passait, et je perdais l’esprit de le rencontrer. À trente ans, j’avais marre <miałam.dość> d’attendre, donc j’ai décidé d’accepter la déclaration <deklaracja.oświadczyny> de celui qui, je sais bien, m’aimera jusqu’aux ses jours.
 


 

LE DÉMÉNAGEMENT. <przeprowadzka>
Prendre la décision de déménager du centre de la ville à la banlieue n’est jamais facile. Tout d’abord, <przede.wszytskim> habiter le centre offre des possibilités innombrables,<niezliczone> pour la vie culturelle et sociale riche et intéressante. Fréquenter le théâtre, ou l’opéra est plus facile,si on habite juste à côté. Puis, au moment de manger, le choix des restaurants,fait <sprawia> que même les plus exigeants,<najbardziej.wymagający> peuvent trouver quelque chose pour eux, et si la soirée s’est bien passée, rentrer à la maison ne fait qu’une courte promenade.

 

Bien sûr, tout a un prix. L’inconvénient <niedogodnością> principal d’habiter le centre de la ville est le fait que cette proximité coûte au moins deux fois plus chère qu’en banlieue pour les mêmes conditions. Le centre signifie <oznacza> aussi le manque d’espaces <przestrzenie> verts, des foules <tłumy> de touristes, et le bruit. Ceux qui ont pris la décision <podjęli.decyzję> de déménager, soulignent <podkreślają> aussi une autre qualité des relations avec les voisins. Des relations plutôt froides ont cédé la place à <ustępują.miejsca> l’amitié et l’aide du voisinage.

Alors, si une heure de trajet <przejazd.droga> pour aller au travail, ou l’idée de passer les week-ends à tondre la pelouse, <strzyżeniu.trawników> ou préparer des confitures,ne vous dérangent pas, il est peut-être venu le moment,pour changer d’adresse. Une toute petite information pour ceux qui hésitent toujours. Selon des <według> chercheurs américains, faire <robienie> de simples travaux à l’extérieur, comme notamment <zwłaszcza> des travaux dans le jardin, peut nous faire vivre jusqu’à cinq ans de plus.
 


 

LA MAISON.

Une villa splendide à louer pour un week-end! Située dans un vallon <dolinka> particulièrement calme, et très ensoleillé du matin jusqu’au soir, la Villa d’Aube est une belle propriété <posiadłość> à moins de <mniej.niż> deux kilomètres du village. La maison est entièrement <całkowicie> meublée, <umeblowany> elle se compose de trois étages.

 

Au rez-de-chaussée: un hall d’entrée, un vestiaire, <szatnia> des toilettes, un bureau, un grand living avec feu ouvert, <kominek> une terrasse au sud, une cuisine équipée: des meubles, un évier, <zlew> une hotte, <okap> un four, un lave-vaisselle, <zmywarka> un frigo. Marbre et travertin au sol. Salle à manger et cuisine ouverte. Buanderie <la.buanderie-pralnia> avec une machine à laver,le linge <pościel> à la disposition des locataires.

 

Au premier étage: une chambre principale avec une garde-robe, trois chambres à coucher, <sypialnie> des toilettes séparées, une grande salle de bain avec une douche,et une baignoire,<wanna> et plancher <podłoga> chauffant <grzana.ogrzewana> dans la salle de bain. Au deuxième étage: une salle de jeu, deux chambres à coucher.

 

À l’extérieur: une piscine chauffée, une terrasse avec tables, chaises et partie ombragée, <część.zacieniona> un garage pour deux voitures. La maison est entourée <otoczony> d’un terrain de 50 ares. À proximité, un grand bois pour des promenades à cheval. <konno> À voir <do.obejrzenia> absolument. Les visites se font les lundis, mardis et vendredis, uniquement sur rendez vous.
 


 

LES MEUBLES.

Ce week-end on meuble notre nouvel appartement. En dehors de <oprócz.poza> quelques vieux meubles, l’ancien propriétaire n’a presque rien <gr-przeczenie> laissé. Tout d’abord, <przede.wszytskim> on doit choisir le canapé pour le séjour. Il doit être grand, confortable et solide,pour servir en tant que <jako> coin <kąt.kącik> de repos,pour toute la famille. Lautre meuble important est une table pour la salle à manger.

 

J’ai choisi celle,en bois massif <z.pełnego.drewna> avec des pieds en métal,et des plateaux <blat.stołu> en verre,ensemble avec des chaises noirs en bois et cuir. Ils vont nous servir pour des années. En plus, <do.tego> ils ont un style moderne,et iront <pójdą.będą.pasować> bien avec le reste des meubles. Maintenant quelques pièces complémentaires: une table basse <stolik.kawowy> en bois foncé <ceimny> pour donner de l’ambiance <nadać.klimat> chaleureuse à cet intérieur épuré, <czysty.subtelny> une étagère blanche,pour tous nos livres et photos de famille,et un fauteuil style baroque de ma grand-mère en velours vert et bois doré. <złocony>

 

Les lampes et des petits bibelots, on les achète sur les brocantes. <sklep.ze starociami> Là, on peut trouver des objets uniques à des prix modérés. Il ne nous reste qu’à choisir des rideaux, <zasłony> quelques coussins <poduszki> pour le canapé, le tapis et une housse <pokrowiec.narzuta> en lin blanc. Dans cet intérieur classique, on peut maintenant mettre le meuble le plus <stopniowanie-najbardziej> important –  le vieux piano. On l’a trouvé dans la rue le jour où on s’est rencontré,et depuis ce temps il nous accompagne dans tous les déménagements.